Fermer
Secteurs / Activités
    LAFORET HABILLAGE 2019

    La nullité et la résiliation d’un contrat de franchise refusées pour absence de preuve

    Brève
    18 avril 2018

    Malgré un écart important entre la réalité atteinte et les chiffres prévisionnels transmis par le franchiseur, la cour d’appel de Paris refuse d’annuler un contrat. Elle écarte aussi sa résiliation réclamée par le franchisé pour défaut d’assistance.

    Le 24 janvier 2018, la cour d’appel de Paris a débouté un franchisé de toutes ses demandes. Il  réclamait la nullité de son contrat pour tromperie sur la rentabilité. Ou, à défaut, sa résiliation pour  manque d’assistance.

    Dans ce litige, l’activité commence en 2009. Le franchisé vient de vendre son tabac-presse. Afin de changer de vie, il choisit un marché considéré alors comme porteur. Et signe en confiance avec une enseigne récente pilotée par un groupe connu.

    L’un des établissements de la chaîne, situé dans le centre commercial de Paris La Défense, a réalisé plus de 636 000 € de chiffre d’affaires la première année et plus de 664 000 la seconde.

    L’installation est prévue dans le sud de l’agglomération tourangelle et l’étude de marché locale réalisée par une société spécialisée, à la demande du franchiseur, note l’inconvénient d’une offre concurrente déjà « étoffée » dans ce secteur géographique. La chaîne transmet, en conséquence, des prévisionnels pondérés, soit 560 000 € pour la première année d’activité et 580 000 pour la seconde. Mais la réalité est nettement moins souriante avec seulement 395 et 310 000 € atteints en 2010 et 2011 (soit un écart de 45 % pour la seconde année).

    Le franchisé estime avoir été alors laissé seul face à ces difficultés, sans conseils pertinents ni assistance véritable, malgré ses appels à l’aide. Son entreprise se retrouve en liquidation judiciaire. Tout comme, un peu plus tard (en mai 2013), celle de son franchiseur dont le réseau est un échec.

    Pour le franchisé, la nullité du contrat doit être prononcée car son consentement a été vicié. Le franchiseur ne lui a pas transmis un état du marché local et des perspectives de développement corrects. Mais lui a, au contraire, « fourni des prévisionnels  irréalistes et inadaptés au centre commercial » ciblé.

    Cour-Appel

    Pas de preuve de tromperie sur la rentabilité selon la cour d’appel

    La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) balaye chacun de ces arguments.

    Elle estime qu’il n’y a eu aucun vice du consentement car :

    -1. Le franchisé « s’abstient de préciser quel élément de l’état du marché local, déterminant de son consentement, le franchiseur se serait sciemment abstenu de lui communiquer de sorte qu’il aurait été induit en erreur ». De même, il « ne caractérise pas plus l’information sur les perspectives de développement qui aurait été omise de sorte qu’il aurait été trompé ».

    -2. Le franchisé « ne démontre, par la production d’aucune pièce, que les chiffres prévisionnels fournis par le franchiseur étaient manifestement disproportionnés, irréalistes et non adaptés ». Il « ne produit aucun élément permettant à l’époque (2009) de remettre en cause la pérennité et la rentabilité du réseau de franchisés ». Enfin, le franchisé (et son épouse, partie prenante dans l’affaire) « pouvaient être considérés comme suffisamment avertis en raison de leur expérience antérieure en leur qualité d’exploitants d’un fonds de commerce ».

    Peu importe que leur nouvelle activité n’ait que très peu à voir avec celle de tabac-presse. Peu importe que le concept franchisé ait été, ou non, testé en province avant d’y être dupliqué par le franchiseur. Peu importe l’écart constaté entre prévisions et réalité.

    Pas de preuve d’un refus d’assistance du franchiseur

    La cour d’appel écarte de la même manière la résiliation pour manque d’assistance.

    -1. « Aucune pièce n’est produite illustrant les appels à l’aide », notent les magistrats. Sauf une demande d’exonération de redevance, satisfaite par le franchiseur.

    -2. Par ailleurs, le franchiseur a produit quatre comptes rendus de visites du point de vente à l’issue desquelles « il a effectué des préconisations ». Il a également « constaté des dysfonctionnements imputables au franchisé » du type « absence des outils et supports marketings offert par le franchiseur » ou « absence de démarchage commercial », de « communiqués de presse ». Des manques qui, « ajoutés aux effets de la crise financière survenue fin 2008 expliqueraient en partie l’absence des résultats escomptés ».

    Peu importe la pertinence (ou non) des « préconisations » du franchiseur et la gravité réelle des « dysfonctionnements » du franchisé, pour la cour, il n’existe « aucun exemple concret de refus d‘assistance du franchiseur ». Qui n’a donc pas failli à ses obligations en la matière, lesquelles sont « de moyens » (et non de résultat), le franchisé étant « un commerçant indépendant seul responsable de la gestion de son entreprise ».

    Totalement débouté, le franchisé doit rembourser sur ses deniers propres près de 300 000 € à la banque.

    A lire aussi sur le sujet :

    -L’analyse de Maître François-Luc Simon, sur le site de La lettre des réseaux

    A lire également

    • Virtuel Center propose des centres dédiés à la réalité virtuelle
      25 Mar 2019

      Dominique Mendiant Olivier a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure entrepreneuriale, en créant avec son associé Christophe Aymé, sous le nom de Virtuel Center, un concept basé sur la réalité virtuelle. Dominique Mendiant Olivier est à l’origine de plusieurs réseaux liées aux technologies modernes. Il a d’abord créé un concept de pressing discount… Lire la suite

    • La Mesure veut multiplier ses épiceries en vrac
      23 Mar 2019

      Le concept de produits d’épicerie en vrac La Mesure, juste ce qu’il vous faut a été créé en 2014 dans le Loiret, sur la base d’une démarche cherchant à limiter notre impact environnemental en supprimant autant que possible les déchets d’emballage jetables. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), chaque année… Lire la suite

    • TUI Store à la recherche de nouveaux partenaires
      22 Mar 2019

      En 2015 le groupe TUI (propriétaire des marques Nouvelles Frontières et Marmara) a décidé de moderniser ses agences de voyages Nouvelles Frontières et de les faire passer sous un nouveau concept, baptisé TUI Store. Il s’appuie en particulier sur un affichage digital en vitrine, et, à l’intérieur, on y trouve une table centrale avec écran… Lire la suite

    • Nicolas confirme son ouverture à la franchise
      20 Mar 2019

      Avec 500 boutiques en France et 50 à l’international (Liban, Angleterre, etc.), l’enseigne caviste historique Nicolas souhaite donner un nouvel élan à son développement et ambitionne d’ouvrir 150 nouveaux magasins franchisés en région, dans des villes de taille moyenne (entre 20 000 et 50 000 habitants), pour mailler plus finement le territoire en implantant des points de… Lire la suite

    • Bureau Vallée et son fondateur obtiennent une distinction
      15 Mar 2019

      À l’occasion de la 18ème édition des Prix européens des fournitures de bureau (EOPA), qui s’est tenue à Amsterdam le 5 mars, Bureau Vallée a été doublement récompensé par les professionnels du secteur. Une reconnaissance qui a valu à Bureau Vallée le premier prix dans la catégorie “distributeur européen de l’année”, en s’imposant face à… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Quand un franchisé résilie son contrat, c’est à ses risques et périls
      06 Mar 2019

      La cour d’appel de Paris vient de prononcer, le 16 janvier 2019, la résiliation fautive d’un contrat aux torts d’une franchisée. Dans ce litige, le contrat est signé en janvier 2011 et le point de vente ouvert en juin. L’exploitation rencontre dès le début des difficultés. Le chiffre d’affaires des premiers mois est faible (à… Lire la suite

    • Ventes sur Internet : une sanction de l’Autorité de la Concurrence suspendue
      01 Mar 2019

      La cour d’appel de Paris vient « d’ordonner le sursis à exécution des injonctions prononcées » par l’Autorité de la Concurrence contre un réseau de distribution à propos de ses ventes sur Internet.  C’était le 24 octobre 2018 : l’ADLC infligeait une amende de 7 millions d’euros et la modification de ses contrats à une tête de réseau…. Lire la suite

    • Licence de marque ou franchise : y a-t-il eu tromperie ?
      26 Fév 2019

      La cour d’appel d’Angers vient de refuser l’annulation d’un contrat de licence de marque réclamée par un couple d’exploitants dont l’entreprise a été radiée en 2014. Les plaignants considèrent que la tête de réseau leur a en fait vendu un contrat de franchise sans respecter ses obligations précontractuelles et d’assistance, ce qui a provoqué leur… Lire la suite

    • Passeport pour la franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 30 avril
      24 Jan 2019

      Après Tailor Corner en 2014, Syndic Experts en 2015, Persillé, Maison de Viande en 2016, Ecureuil Vert en 2017 et Viagimmo en 2018, quel sera le lauréat de la 6ème édition du concours Passeport pour la Franchise, organisé par le cabinet Gouache avocats, lancée le 21 janvier dernier ? La réponse sera connue le 27 juin prochain. Il reste encore deux mois… Lire la suite

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    FINANCEMENT BAN FM 2019