Fermer
Secteurs / Activités

    Logiciels et internet : apports et limites de la technologie en franchise

    Dernière mise à jour le 21 janvier 2019

    Des outils existent qui peuvent vous permettre de comparer vos performances aux autres membres du réseau, d’identifier vos points faibles et de les corriger vous-même. Attention toutefois, la technologie ne peut pas tout !

    Chez Temporis, un audit avec 200 points de contrôle est également réalisé (la première année du contrat puis tous les deux ans) par deux personnes qui ne sont pas des animateurs (l’une de compétence plutôt juridique, l’autre gestion-organisation).

    Developpement de la performance
    Un logiciel d’évaluation peut permettre aux franchisés d’un réseau de se situer les uns par rapport aux autres

    Et la dirigeante du réseau a mis au point depuis un an avec ses équipes un logiciel  d’évaluation baptisé “Évaloris” (“évaluer pour créer de la valeur”), qui permet à chaque membre du réseau de corriger lui-même ses points faibles entre deux audits grâce à des fiches type “mode d’emploi”. “Quand un franchisé est en adéquation à 75% du concept, il peut devenir agence de formation pour les nouveaux entrants”, souligne Laurence Pottier-Caudron.

    Lors des conventions nationales de Temporis, elle a remplacé les trophées du meilleur chiffre d’affaires par ceux du “meilleur audit”, car “quand les franchisés s’aperçoivent que le gagnant est aussi l’auteur de la meilleure réussite financière, ils comprennent très bien l’utilité de l’outil”.

    Évaloris, qu’elle a présenté à ses collègues du Club des franchiseurs de Toulouse, y a d’ailleurs rencontré un franc succès et la dirigeante a décidé désormais de le commercialiser.

    Rien ne remplace les relations humaines entre franchiseur et franchisés

    Attention, cependant : si la technologie fait parfois des merveilles, “elle ne peut pas tout, prévient Maître Nathalie Castagnon. Je pense au franchisé dans sa boutique ou dans son restaurant : je ne suis pas certaine qu’il utilise beaucoup les restitutions, les tableaux de bords, les outils d’analyse et l’intranet mis à sa disposition. Je m’aperçois en pratique que les franchisés ne consultent pas très souvent leurs écrans, accaparés qu’ils sont par leurs ventes, leur management, leur commerce”.

    “Du reste, nombre d’entre eux reprochent à leur enseigne le manque de relations autres que numériques. Or, on ne remplacera jamais l’humain”, poursuit la spécialiste. “Même si la technologie permet des échanges de données et d’analyses tout à fait intéressants, le rôle de l’animateur demeure essentiel”.