Fermer
Secteurs / Activités

    Attention à certains contrats de concession

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    17 novembre 2017

    La cour d’appel d’Angers vient de débouter un concessionnaire qui réclamait la nullité de son contrat pour manque de loyauté du concédant avant la signature. Motif : l’accord n’entrait pas dans le champ de la loi sur les informations précontractuelles.

    Par un arrêt du 3 octobre 2017, la cour d’appel d’Angers a donné tort à un concessionnaire qui réclamait la nullité de son contrat pour défaut d’informations précontractuelles.

    Juridique-2Le litige commence en  mai 2011. Séduit par un concept innovant basé sur une activité « 100 % Internet », un entrepreneur signe un contrat de concession. L’enseigne, qui en est à ses tout débuts, évoque dans un document non-contractuel un chiffre d’affaires de 90 000 € dès la première année pour ses partenaires, en contrepartie d’une formation initiale de 4 jours, d’un « pack web » de 7200 € et d’une redevance annuelle de 6 000 €. A priori, une bonne affaire.

    Mais l’activité n’est pas au rendez-vous, le logiciel recommandé ne fonctionne pas pendant près de 6 mois et la visibilité sur Internet est trop faible. Le concessionnaire – qui ne se verse pas de salaire – prend un local et un commercial. En vain. Au terme de 14 mois, les pertes dépassent les 45 000 €.

    S’estimant trompé sur la rentabilité du concept, il assigne son concédant en justice en décembre 2012. Invoquant « l’absence de renseignements loyaux » et la transmission de « prévisionnels irréalistes », il demande l’annulation du contrat de concession pour vice du consentement. Et des dommages et intérêts.

    Le concessionnaire n’avait pas d’obligation d’exclusivité

    La cour d’appel le déboute de toutes ses demandes. Pour les magistrats, le contrat en litige échappe aux obligations d’information précontractuelle prévues par la loi.

    En effet, l’article L.330-3 du Code de commerce concerne « toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité (…) ».

    Or, si le contrat litigieux « prévoit expressément que le concessionnaire bénéficiera d’une exclusivité territoriale sur un secteur défini, il prévoit tout aussi expressément  (qu’il) ne se verra pas imposer d’obligation d’exclusivité envers le concédant. »

    En l’occurrence, « le concessionnaire (n’avait) pas l’obligation de recourir exclusivement aux prestations proposées par le concédant ». Il pouvait notamment « choisir les logiciels métier et les portails ou sites de diffusion qu’il souhaitait ».

    Pour la cour, le concédant n’était donc nullement tenu de fournir des informations précontractuelles à son partenaire. Qu’il s’agisse d’un DIP et donc de l’état du marché local et de ses perspectives de développement ou des prévisionnels et de la rentabilité de son concept.

    Résultat : le concessionnaire est débouté et condamné notamment à rembourser plus de 5 000 € de redevances impayées. La loi a ses limites et les grandes libertés accordées parfois par un contrat ne sont pas toujours bonnes à prendre.

    A lire aussi sur le sujet :

    -L’article de Marine Doisy, juriste, sur « La lettre des réseaux »

    A lire également

    • But en passe de reprendre Fly et son réseau de franchisés
      16 Nov 2018

      But est entrée en négociations exclusives avec Fly. En ligne de mire du n°3 de l’équipement de la maison, la reprise de la marque jeune habitat et de son réseau de franchisés. Une acquisition qui permettrait à la plus grande chaîne de magasins de meuble et décoration française, à la tête de 305 points de… Lire la suite

    • Prévisionnels erronés et DIP lacunaire condamnent un franchiseur
      16 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient, le 24 octobre 2018, de condamner un franchiseur pour transmission de prévisionnels « grossièrement erronés » et d’un Document d’information précontractuelle (DIP) « lacunaire ». Dans ce litige, le contrat est conclu en décembre 2009. Et le point de vente ouvert aussitôt. Mais l’activité n’est pas à la hauteur du prévisionnel transmis par… Lire la suite

    • Le concept d’immobilier d’exception Ateliers Lofts & Associés s’ouvre à la franchise
      15 Nov 2018

      Créée à Paris en 1998, Ateliers Lofts & Associés est une agence immobilière spécialisée dans la vente ou la location de biens « exceptionnels, singuliers, rares, architecturaux »… bref, dans l’« immobilier hors normes ». Ses fondateurs ont également lancé Elux, spécialisée dans le repérage de lieux originaux pour les shootings de mode et les tournages de films ou… Lire la suite

    • V and B lance le développement de son concept Levrette Café
      14 Nov 2018

      L’enseigne de caves et bars à bières V and B, qui s’est implantée depuis le début de son expansion en périphérie, se lance désormais à la conquête des centres-villes. Une orientation qui prend une double forme. D’une part, un test est effectué depuis le début de l’année à Toulouse, en un format plus réduit de… Lire la suite

    • Quatorze franchisés très déçus par la justice après douze années de procédure
      13 Nov 2018

      La cour d’appel de Bordeaux vient de se prononcer dans un conflit qui dure depuis 2006 entre un ex-franchiseur et une quinzaine de ses ex-franchisés. A propos du partage des bénéfices de la centrale d’achats du réseau et de la rupture des contrats de franchise. L’affaire prend ses racines au tournant de l’an 2000. Suite… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite