Fermer
Secteurs / Activités

    Passer à la multifranchise : des différences selon l’activité

    Dernière mise à jour le 5 avril 2018

    La technique de la multifranchise peut intéresser de nombreuses activités. Mais pas toutes. Tout va dépendre de l’importance des effectifs nécessaires et de la nature du savoir-faire.

    Le passage de la mono  à la multifranchise peut être plus ou moins facilité par l’activité.

    « Dans la réparation de stores, par exemple, où le franchisé est seul dans son camion, il lui sera facile de recruter un salarié et de le faire former par le franchiseur pour mettre en route une seconde unité », illustre  Éric Luc.

    « Dans le cas d’un restaurant d’une vingtaine de personnes, ce sera plus compliqué, poursuit le spécialiste. Il faudra que le franchisé qualifie un autre maître d’hôtel et un nouveau chef de cuisine pour son deuxième établissement. »

    « Dans les services, les métiers du conseil, du courtage, où le concept repose en grande partie sur le savoir-faire personnel du franchisé, il va lui être difficile voire impossible de déléguer », complète Sylvain Bartolomeu.

    Partout, en tout cas, dans la mesure où le franchiseur a perçu un nouveau droit d’entrée, même minoré, les experts en conviennent : il doit accompagner son franchisé lors du lancement de sa deuxième unité, comme il l’a fait pour la première.

    C’est à dire au moins par une assistance à l’ouverture. Assistance qui doit être décrite en détail dans les contrats et effective dans le réseau. Deux points à vérifier donc avant de  vous engager.

    ARTITECHS BAT 2018