Fermer
Secteurs / Activités

    Déléguer ou non le recrutement des premiers franchisés ?

    Dernière mise à jour le 6 février 2018

    Un jeune franchiseur doit-il déléguer ou non le recrutement de ses premiers franchisés ? Les avis des experts divergent autour de ce sujet hautement sensible.

    Si les deux experts s’accordent sur le diagnostic, ils divergent en revanche quant aux remèdes. Pour Maître Florian de Saint-Pol, ce n’est pas aux franchiseurs débutants de se charger du recrutement des franchisés. « Ce n’est pas leur métier. Ils ne savent pas faire. Mieux vaut qu’ils s’adressent à un spécialiste, par exemple le consultant qui a travaillé sur la création du réseau ». Même si, par la suite, ayant atteint une certaine taille, ils pourront intégrer la fonction. Mais au départ, cela leur « coûterait trop cher ».

    Devenir-franchiseur-deleguer-recrutementL’avocat enfonce le clou : « le franchiseur a déjà deux métiers. Son activité d’origine et son nouveau métier de franchiseur. Mieux vaut qu’il s’arrête là. Et qu’il se concentre sur l’évolution de son concept, l’optimisation de son savoir-faire, la gestion du réseau existant, la veille concurrentielle, l’assistance aux franchisés, les services toujours plus performants qu’il pourra apporter au réseau. Le recrutement est un métier à part ».

    Un avis que ne partage pas du tout Franck Berthouloux. Pour le consultant, membre du collège des experts de la FFF, « c’est au franchiseur d’assumer le recrutement de ses franchisés. Il connait son concept et sa marque. S’il n’est pas capable de sélectionner lui-même les membres de son réseau, il n’est pas franchiseur ».

    « Qu’il se fasse conseiller sur le profil à rechercher, qu’il se procure des outils d’aide à la décision : oui. Mais qu’un consultant recrute à sa place, non. Il faut cesser de faire croire que la franchise est une formule magique où les franchiseurs n’auront rien à faire et où l’on s’occupera de tout à leur place. Ce n’est pas un service à leur rendre ».

     

    FINANCEMENT 2018 RECT