Fermer
Secteurs / Activités

    Ne cherchez pas à démarrer trop vite le développement

    Dernière mise à jour le 6 février 2018

    Rien ne sert de vouloir brûler les étapes. Parmi les erreurs de jeunesse des franchiseurs, l’une consiste à vouloir  recruter trop vite de trop nombreux franchisés. Prudence, préviennent les experts.

    A quelle vitesse peut-on ou faut-il se développer ?  “Le nombre de franchisés à recruter et le rythme devront être en phase avec un prévisionnel chiffré, de façon à ce que le franchiseur ait le maximum de visibilité sur ses sources de revenus futurs”, indique Franck Berthouloux (TGS France Consultants).

    NetzMais surtout, le rythme se déterminera “en fonction de l’enveloppe de départ” et des moyens mis en œuvre. L’important étant de pouvoir “bien intégrer les premiers franchisés”.

    “Pour certains, ce sera une cadence de 5 à 6 recrutements dans l’année, avec une ouverture tous les deux mois, pour d’autres seulement 1 ou 2 par an”, indique l’expert. “Aujourd’hui, des réseaux matures arrivent à recruter annuellement 20 à 25 nouveaux franchisés, mais ils sont largement pourvus en équipes pour les accompagner !”

    Rien ne sert de vouloir brûler les étapes. Parmi les erreurs de jeunesse des franchiseurs, le consultant pointe ainsi le “manque de structuration de la tête de réseau”. “Certains créateurs de chaînes, déjà lancés, avec des ouvertures, continuent à donner l’impression à leurs franchisés qu’ils ne sont pas organisés, pas professionnels”...

    Certains franchiseurs veulent se développer beaucoup trop vite, alors qu’ils n’ont pas les moyens de le faire”, confirme Maître Florian de Saint-Pol.  D’autres, trop nombreux selon lui, “ne voient dans la franchise que le moyen de prélever des redevances” rapidement. Sans forcément apporter les contreparties nécessaires. “Ce ne sont pas de vrais franchiseurs et c’est souvent pour cela qu’ils échouent”, tance l’avocat.